hqdefault

Vous allez comprendre pourquoi je ne donnerai pas le lien de ce blog à ma mère, mon père, ma deuxième maman, ma voisine, ma pharmacienne, mes futurs et ex-collègues, mes amies DLVV (à part une ou deux, faut voir...)... Bref, les gens dans la vraie vie, quoi ! Même si vous êtes, pour certain(e)s, partie intégrante de ma vie. Et peut-être bientôt pour de bon. Il y a des rencontres plus faciles à envisager (j'attends toujours la baguette magique pour le Sénégal ou La Réunion !)...

Bon, allez, entrons dans le vif du sujet, gagnons du temps sur les préliminaires !

Je vais vous avouer un truc. Un truc bien perso. Un truc inavouable.

Même pas peur !

Mes grandes copines qui sont comme des mamans d'adoption, des grandes soeurs ou des marraines -fées, je ne vous en voudrai pas si vous faites comme si vous n'aviez pas lu... Sans commentaire.... Le fantasme que je partage avec d'autres femmes, c'est l'ascenseur ! Je vous raconte ? Il est encore temps de quitter ce blog, hein ?!

 

ChâteauAbandon

 

J'entre dans un ascenseur. Un peu sombre, un peu glauque, je sors de chez une vieille diseuse de bonne aventure. Dans un quartier pourri. Je me suis un peu égarée pour aller chez elle. Elle m'a dit des trucs qui m'ont troublée. Un léger vertige. Je me cale le dos contre le fond de l'ascenseur. Tant pis pour mon trench, il va devenir gris.

Les portes de l'ascenseur se referment, mais un homme s'y faufile au dernier moment. Grand. Je dirais, à l'oeil, 20 centimètres de plus que moi. Brun ténébreux. Barbu, enfin mal rasé, plutôt... Il me dit d'une voix grave "quel étage ?" et je lui dis : "je dégringole au sous-sol"... "Moi aussi"...

L'ascenseur commence à descendre. Un étage... Il me regarde... Deux étages... Son regard ne me quitte pas...

L'ascenseur a un soubresaut et s'arrête.... Nos regards ne se sont pas quittés... Un sourire. Fâcheuse posture. Ou pas ?... Un rapprochement improbable s'opère. Des regards... Une main qui frôle mes cheveux... Deux corps qui s'attirent... Un souffle dans mon cou... Un trench devenu gris qui glisse au sol...

Est-ce lui ou moi ? Est-ce moi ou lui ? Lequel des deux a invité l'autre ? Lequel des deux a accepté l'invitation et est entré dans le jeu ? Jeu dangereux. Intense. Improbable...

Jetons un voile pudique sur ce qui s'est passé, là, dans cet ascenseur et sur ce qui s'est passé ensuite dans un couloir sombre lorsque l'ascenseur a décidé de mettre fin à sa grève...

Fantasme ou réalité ?

Mon imagination ou mes souvenirs ?

Je ne vous le dirai pas.

Ecoutez plutôt. Pour une fois il s'agit d'un homme. Talentueux auteur. Calogero a toujours su mettre des mots sur certains micro-événements d'une vie.

En apesanteur... Pourvu qu'on soit les seuls dans cet ascenseur... Les yeux rivés sur les étages... Pourvu que rien n'arrête le voyage...

 

   "En Apesanteur" dans le Grand Studio de RTL (suivi d'une interview):

 

Rappelez-vous : vous n'êtes pas obligé(e)s de commenter. Mais si vous le faites, sachez que cela va me réjouir le coeur et acceptez de me voir rougir... Si, si, vous ne le voyez pas, à travers votre écran ?

J'avais promis un peu de légèreté dans ce blog, une insoutenable légèreté de l'être... Voilà, ça fait du bien, aussi...

Bientôt, je vous parlerai de mon dentiste. Je ne le vois pas souvent, tant mieux pour mes dents, mais lorsqu'il vient me serrer la main dans la salle d'attente, il garde toujours ma main quelques instants entre les siennes, et me dit à chaque fois : "dans 2 minutes, je suis à vous..."

Je brûle d'envie de lui dire : "Chiche !"

Bonne journée à tous, cultivez vos fantasmes, le rêve est vital, légal et gratuit...