rochefees

                                      La Roche aux fées (Haute-Vienne)

Ceux qui me connaissent savent combien mon imagination est fertile. Je revendique le terme de fée et celui de sorcière, j'aime flirter avec ces mondes parallèles, liés à la magie et à l'enfance. J'ai pourtant passé l'âge de croire au Prince Charmant...

On part sur un sujet plus léger. L'IMC de ce blog ne doit pas être en excès, tout de même !

Ecouter avec délectation des conteurs talentueux, comme Michèle Bouhet ou Yannik Jaulin... Vibrer lors d'une balade contée sur des barques d'ostréiculteurs, se laisser embarquer vers l'imaginaire... Lire et relire des contes... Faire vivre les contes devant des enfants... "1, 2, 3, j'ouvre mon sac à histoires !"

Le conte est un texte narratif ayant pour sujet des aventures imaginaires. Transmis oralement à l'origine, le conte présente un aspect universel. Le conte revêt un aspect animiste. L'animisme est l'état d'esprit consistant à attribuer une vie aux choses : l'environnement est doté d'intentions, de sentiments et de réactions similaires aux siennes. L'exemple d'animisme le plus couramment cité chez l'enfant est de dire "elle est méchante, la table" lorsqu'il se cogne contre elle. Les enfants ont une tendance animiste jusqu'à l'âge de 7 ans environ, selon Piaget.

Le langage favorise l'animisme de l'enfant. De nombreuses expressions des adultes gardent le caractère animiste, telles que "le soleil se lève... et se couche", "le fleuve se jette dans la mer"... L'animisme de l'enfant rejoint certains aspects de l'imaginaire collectif qui nourrit les contes ; ainsi les objets peuvent agir indépendamment de l'homme, les êtres vivants (animaux et végétaux) parlent et agissent... Il y a aussi des artisans spécifiques : "le faiseur de pluie", "la mère des vents" ou "le roi des mers".

J'aime beaucoup jouer de cette tendance animiste liée à l'enfance, me référer aux contes merveilleux et donner une vie aux objets, aux cailloux... J'aime cultiver mon côté petit Poucet ou La belle aux Bois Dormant (enfin, la Princesse au poids Dormant)... plus que Blanche-Neige ou la Princesse au petit pois... Par exemple, j'ai toujours peur de me perdre, il est vrai que je n'ai pas le GPS intégré. Je collectionne les cailloux (pierres fines, même si je préfère le terme de semi-précieuses). C'est ma tendance Petit Poucet.

L'imaginaire est une porte de sortie du monde réel parfois gris, et une porte d'entrée vers un univers merveilleux et irréel, tellement plus coloré ! La petite fée en moi n'est pas totalement morte et remplacée par la sorcière actuelle. Elles doivent se partager le même corps et parfois ce n'est pas facile.

 

Et pour vous, qu'évoquent l'univers des contes merveilleux, de la magie et de l'enfance ?