DSCN0987

 

Le SPM, qu'est-ce donc que ce sigle inconnu ? Le syndrome prémenstruel.... ça vous parle ?!

Le SPM (Secret Pourri du Mois ou Si Pathétiques Maux) m’a bien pourri la vie, moi, sous pilule comme sous stérilet, comme sous préservatifs only… Toujours là. Toujours envahissant. SPM, tu es bien le seul à m'être fidèle.

Toute ma vie jusqu'à l'attente de la ménopause. Qui arrive à grands pas, dixit ma gynéco, tout en me précisant que ces grands pas peuvent durer 5 ans, voire plus !

En plus, je viens d'apprendre qu'on peut avoir des bouffées de chaleur même en étant ménopausée... Jusqu'au bout il y a un truc pour nous pourrir, nous les femmes, quoi !

Je reviens sur le SPM... Environ 50 % des femmes reconnaissent subir chaque mois ce grand chamboulement hormonal d'avant les règles. Mal au ventre, mal à la poitrine, mal dans le bas du dos, fatigue... et surtout envie de pleurer sans arrêt. Broyage de noir absolu...

"J'suis nulle, j'y arriverai pas, ma vie est un désert sidéral, j'ai envie d'hiberner et de pas me réveiller..."

Chez moi c'est plutôt violent. Les hommes qui ont partagé ma vie ont toujours halluciné de me voir ces jours-là transformée en hérisson roulé en boule (kissifrotte...) ou même en fontaine inconsolable... J'ai mis longtemps à comprendre que je n'étais pas la seule dans ce cas. Ce ne sont pas des choses que l'on aborde facilement entre copines... Pas fun, pas glam, pas top... Oui, à l'ère du "tout va toujours bien, je suis wonderwoman", on tait ces failles-là.

Et puis tout le monde s'en fout, de ça.

Les chercheurs du domaine médical sont bien plus préoccupés par les problèmes d'érection des hommes que par les problèmes du mois des femmes... Bah oui, il y a des priorités, ma pov'dame !

Certaines essaient les plantes, l'homéopathie, les bouillottes de noyaux de cerises (sur le ventre en mode "crampes abdominales", c'est divin), le téléphone aux copines (on se soutient, les filles !)... tout en pleurant pour un oui ou pour un non... J'ai eu ces moments délicats même sous pilule, alors qu'elle est donnée pour contrer ces effets-là, aussi.

J'ai très souvent triché en enchaînant deux plaquettes pour éviter les mauvais jours du mois. Pour être en forme pour un examen ou un week-end en amoureux. Mais bon, on ne peut pas faire ça tous les mois, non plus...

Alors, quand va-t-on se préoccuper de notre sort ? Il faudrait peut-être en parler plus... On s'habitue à la douleur et on n'ose plus en parler, comme si c'était normal de souffrir et de serrer les dents en silence...

Il faut dire qu'on en entend de bien gratinées. Des petites réflexions assassines. "Bah, ma pov'chérie, faut t'y habituer !"... "C'est tous les mois ma cocotte !"... "Mais c'est normal, une femme, c'est ça !"... "Tu verras t'auras tellement mal à l'accouchement que tes règles, tu les sentiras même plus passer"... Elles sont c..., des fois, les femmes...

Mais c'est la dure loi des Femmes... à votre avis, pourquoi met-on en moyenne 7 ans à diagnostiquer une endométriose ?

Parce que les femmes mettent un mouchoir sur leur souffrance et relèvent la tête. Surtout ne pas se plaindre.

Alors moi j'ai décidé d'ouvrir grand mon bec de "pica pica" et de parler pour toutes celles-ci... et j'ai encore beaucoup à dire, croyez-moi !