c38dc90909-

                                                    Centre Pompidou

 

Les femmes ont longtemps été écartées de l'Art. Il leur a été difficile de s'imposer en tant que créatrices. Dès l'Antiquité les philosophes affirment que les femmes ne peuvent pas créer mais seulement interpréter, copier ou réciter. Elles ne peuvent que traduire la pensée des hommes. Elles ont mis du temps avant de pouvoir prendre les Arts, elles ont dû lutter.

À partir de la Renaissance, quelques femmes réussissent à passer de l'autre côté du chevalet, comme Artemisia Gentileschi.

Le domaine de la musique est le plus fermé aux femmes. Composer est tabou pour une femme.

Alma Mahler renonce à créer ses compositions musicales à la demande de son homme. Elle se marie et elle est malheureuse. Elle avait au moins autant de talent que lui !

Clara Schumann est une femme douée, également. Schumann dit que "si elle continue à créer, ils seront en rivalité constante et leur couple éclatera." Pour lui, "c'est évident, si elle l'aime, elle doit renoncer."

Une femme amoureuse est capable de tant de renoncements... Elle peut rogner ses ailes...

Un homme créateur met toutes les femmes à ses pieds, paraît-il. Victor Hugo, grand séducteur, tenait un registre de ses amourettes ! Je casse le mythe, là... Il a exigé que Juliette Drouet abandonne pour lui son métier d'actrice.

La plupart du temps, les femmes s'affirmaient dans l'écriture. Au XIXème siècle, les écrivaines sont quand même descendues en flèche ! Alors elles se cachent, souvent derrière des pseudos masculins : George Sand (Amantine Aurore Lucile Dupin), Daniel Stern (Marie Catherine Sophie de Flavigny), Georges Eliot (Mary Ann Evans) et bien d'autres.

En 2009 - 2010, le Centre Pompidou réunit 350 oeuvres de 150 femmes artistes du XXème siècle dans une exposition appelée "Talent d'elles". On y trouve des oeuvres d'artistes plasticiennes, de designers, de photographes, d'architectes, de cinéastes et de performeuses. Pour certains, c'était un geste fort. Pour d'autres, c'était une mauvaise idée de mettre les femmes "dans un ghetto".

Des artistes femmes invitées à Beaubourg étaient heureuses d'en faire partie : "Tout va dans le bon sens, c'est extraordinaire que Beaubourg ait le courage de faire une telle exposition, après avoir tant délaissé les femmes", d'après la pétulante Orlan, très bien représentée. Elle ajoute : "L'argument du ghetto est absurde. Nous avons besoin d'actions symboliques. Moi qui suis post-, alter-, néoféministe, qui suis contre toutes les discriminations, j'en ai assez qu'on nous fasse honte de ce mot : féminisme."
(source La plus belle histoire des femmes et le Monde)
 
Par amour, les femmes font tant de sacrifices. J'en suis la preuve vivante et ça me désole. Le pire, c'est qu'on n'apprend pas toujours de ses erreurs. Mais les comprendre est déjà un grand pas...
Mon futur ex-mari et moi, hier, on a avancé vers le progrès : le dialogue. Je lui ai dit que je me considérais comme une femme "libre" dès à présent et je l'ai "autorisé" à se considérer "libre" de la même façon. On s'est dit qu'on voulait que ça se passe bien et qu'on allait tout faire pour y arriver. On a décidé de ne pas respecter la loi qui oblige les époux au devoir de fidélité tant que le divorce n'est pas prononcé.
On ne se doit plus fidélité, donc, mais toujours respect.