Aucun peuple, si "primitif" qu'il soit décrit, n'ignore que sans rapport sexuel, une femme n'enfante pas. Une femme qui ne peut pas avoir d'enfants est considérée différemment selon les sociétés. La femme stérile peut être vue comme un être déficient, inachevé, parfois coupable de sa stérilité. Elle est souvent rejetée, répudiée, remplacée. Au mieux, ignorée dans sa souffrance.

60 000 couples consultent chaque année pour des problèmes de stérilité. Dans 30 % des cas, c'est l'homme qui est stérile. Dans 30 % des cas, c'est la femme. Le reste est de cause inconnue. (source Les problèmes des femmes)

Mais dans certains pays, c'est toujours la femme qui est la "fautive".

Dans beaucoup de sociétés, encore et toujours, même au XXIè siècle, le seul enfant qui compte c'est le fils. Si la femme "donne" un fils, elle est bénie des dieux ! Sauf que c'est l'homme qui donne le chromosome X ou Y, donc c'est lui qui "décide" du sexe du bébé, la femme donnant, elle, forcément un X... Le résultat XX donne un bébé fille, le résultat XY donne un bébé garçon. Là, ça va, je pense que tout le monde a compris ça... Et pourtant, on lit encore tout un tas d'âneries sur ce que la mère doit manger pour avoir un p'tit gars !

Pour les hommes, les femmes ne donnent pas que des enfants, mais aussi du plaisir. Historiquement, les différentes fonctions ont parfois été réparties dans plusieurs corps de femme.

Dans la Grèce Antique, un citoyen a ainsi plusieurs "corps" à sa disposition :

- celui de l'épouse, qui reste dans le gynécée et fait des enfants (la "marmite" !)

- celui de la concubine, qui sert au confort domestique, la nourriture, le linge, etc. (la servante)

- celui de l'hétaïre, qui répond aux besoins de loisirs plus sophistiqués, sexuels et intellectuels. Pas de travaux domestiques. Elle parle philosophie et couche avec les hommes (la maîtresse)

- celui d'une prostituée, parfois, pour le plaisir sexuel sans joute intellectuelle (je parlerai bientôt de la prostitution, des textes sont en brouillon)

Dans la plupart de nos sociétés actuelles, ces rôles ne sont pas dissociés ! Quoique... Certains hommes répartissent les tâches entre leur femme, leur maîtresse, leur femme de ménage, etc.

Mais la plupart du temps, on attend des femmes qu'elles remplissent tous ces rôles à la fois. Pourquoi le terme de "surfemme" n'a pas été inventé alors qu'on parle de "surhomme" ?!

 

             

                                                 Wonder_Woman_-_The_Complete_Second_Season

Oui, on est toute des wonderwomen en puissance, des "surfemmes".

Je nous décerne à toutes des médailles. Des médailles en émeraude et en améthyste. Des médailles en or et en porcelaine. Des médailles en chocolat et en sucre. Parce qu'on les mérite bien.

J'embrasse toutes les femmes de la Terre et du Ciel (si des extra-terrestres passent par là...) et je fais une accolade virile aux hommes (cherchez pas, c'est en mode "private joke")...