Pendant mes études de psychologie, j'ai été très intéressée par l'éthologie, discipline qui consiste notamment à étudier le comportement des animaux. Les éthologues ont beaucoup œuvré à la connaissance des animaux, réduisant comme peau de chagrin, par leurs observations, la frontière entre l'homme et l'animal.

On a dit que le propre de l'homme était l'outil puis on a constaté que les oiseaux et les singes avaient également inventé des outils.

On a aussi pensé que la conscience de soi était uniquement chez l'humain. On a compris qu'il s'agissait d'une erreur par l'intermédiaire du test du miroir.

 

En 1969, le psychologue américain Gordon Gallup réalise la première expérience de soi chez les animaux. Une tache de peinture est déposée sur le sourcil d'un grand singe pendant son sommeil. On constate qu'à son réveil, lors de la confrontation avec son reflet, il a porté sa main directement à son sourcil : Gordon Gallup en a déduit que le singe avait donc conscience de lui-même.

Les bonobos, les chimpanzés, les orangs-outans, l'éléphant d'Asie, l'orque, le dauphin et la pie bavarde ont réussi le test du miroir.

La pie bavarde, lors du test du miroir, cherche à atteindre la tache avec son bec ou ses pattes.

L'éléphant touche la tache avec sa trompe.

Pour les poissons, sans bras, sans patte ni trompe, il est difficile de prouver le même type de comportement. C'est toute la difficulté de l'éthologie, il faut observer et trouver des moyens de démontrer ce que l'on suppose...

 

       raie-manta_1120_w460

                                       (photo MaxiSciences)

 

La raie manta, qui est le poisson qui possède le plus gros cerveau, a réussi le test il y a peu de temps. L'expérience, rapportée par la biologiste Csilla Ari de l'Université de Floride, a consisté à mettre simplement un miroir dans l'aquarium des raies manta.

On a pu ainsi observer que la raie passe fréquemment devant le miroir, faisant des ronds et relâchant de nombreuses bulles d'air à ce moment-là. Ce comportement ne se fait pas en dehors de la présence du miroir.

Elle n'essaie pas d'entrer en interaction sociale avec le reflet, montrant par là que la raie vue dans le miroir ne serait pas considérée comme une étrangère par les autres.

Selon la scientifique, cela démontre la conscience de soi de la raie manta, le premier poisson à montrer de si étonnantes capacités cognitives.

 

Rappel : ce texte est extrait d'un ensemble et n'est pas libre de droit...

 

... à suivre...