Principale obligation selon les normes sociétales : refuser de vieillir !

Effacer les marques du temps qui passe sur le corps est devenu une obligation...

 

PenduleSolaire

 

Quête irréaliste mais combien classique : on ne compte plus les crèmes raffermissantes, les sérums jeunesse, les lotions anti-rides, les élixirs de jouvence...

"La publicité, en représentant des femmes toujours jeunes, contribue à présenter la jeunesse comme la clé de voûte de la Beauté féminine."

                 ("Contre les publicités sexistes" de Sophie Pietrucci, Chris Vientiane et Aude Vincent)

Le vieillissement signifie la perte du pouvoir de séduction.

Les femmes-publicités ont entre 18 et 30 ans, voire de plus en plus entre 14 et 20 ans... Leurs visages sont lisses, on n'y trouve même pas les plus élémentaires rides d'expression ! La jeunesse des femmes dans la publicité va avec le stéréotype de l'ingénue, la lolita. Elle est immature et malléable, la moue boudeuse, le doigt dans la bouche, l'air innocent : l'image ambigüe de la collégienne candide.

Lorsqu'on voit des mannequins plus âgées, aux cheveux blancs, leur visage ont l'air d'être celui d'une femme de 30 ans, à peine ridé !

Le message renvoyé est que même les femmes âgées doivent se battre contre les effets du temps qui passe, et acheter les crèmes et onguents miracles vendus à prix d'or...

Comme s'il fallait rester toute sa vie "consommable" en tant que femme... et continuer à consommer frénétiquement pour enrichir les "fabriquants de Beauté"...