Voici un des commandements adressés à la femme par la société : "glabre, lisse, imberbe, tu seras".

Alors, on apprend très tôt à se torturer le poil pour le virer : pas de ça chez moi !!

La femme se doit d'être féminine, et les poils, c'est viril. Donc, il faut les enlever, les arracher, les raser, les épiler, les camoufler, les décolorer... tous les moyens sont bons !

Cette préoccupation est assez récente, puisque jusqu'au 19ème siècle, les jambes des femmes restaient sous les jupons. Dans les années 20, on commence à découvrir les corps et donc à traquer le poil, sur les jambes et les aisselles. Les publicitaires suggèrent que le corps de la femme est glabre naturellement, le travail de l'épilation est donc caché. Il est douloureux, long et pénible, mais invisible...

Puis viendra le tour de l'épilation du maillot, pour aller avec la mode des maillots de bain ultra échancrés des années 1970.

Je passe rapidement sur la mode de l'épilation intégrale du maillot, qui renvoie au départ à une pratique pornographique et qui s'est banalisée. Même et c'est là le plus grave, chez les toutes jeunes filles, niant par là-même le fait de grandir et de passer de l'enfance à la puberté...

Bref.

 

O

 

Je crois profondément que chaque femme devrait faire ce qu'elle veut avec ses poils, mais malheureusement, elle le fait souvent pour répondre aux critères imposés par la publicité et les magazines de filles ou pour plaire à la gente masculine...

Le pire, c'est que celles qui refusent de se plier à cette "norme" et osent arborer des aisselles non épilées s'exposent également aux regards désapprobateurs des femmes !

Sur le blog d'une femme végétarienne et féministe (elle pourrait être ma petite soeur) qui est de celles qui osent, les commentaires odieux abondent. Ils sont parfois encore plus terribles venant des femmes... Pour certaines femmes, refuser de s'épiler revient à n'être pas une femme ou revient à être forcément lesbienne, ceci étant pour certaines l'insulte suprême.

C'est moche quand c'est un homme qui balance ce style de commentaires, mais quand il s'agit d'une femme, cela paraît encore plus immonde...

Et si on se fichait un peu la paix ? Liberté pour les pilosités... Halte à la dictature de la norme... Et bravo aux rebelles !