On a tous en tête l'image du couple idéal, celui qui dure malgré les averses, les bourrasques et les tornades. Celui des amoureux encore pressés de se retrouver, même après des années, sous la couette ou en pleine forêt. Celui du désir et de l'amour intact.

Un couple qui dure pourrait être comparé à un morceau de verre, éclat d'une bouteille à la mer brisée après avoir été lancée contre un sémaphore. Ce morceau de verre est roulé par l'océan, poli par les eaux, il se transforme en un truc lisse et doux, avec une forme bizarre. Selon les marées, les courants, il prend une forme et une teinte chaque jour renouvelées.

Le désir qui s'émousse, dans les vieux couples, serait symbolisé par un galet poli - lui - qui finirait enlisé dans les sables mouvants, à tout jamais.

 

Le désir fait partie de l'énergie vitale d'un individu, il peut être fluctuant selon les facteurs externes (stress, surcharge de travail, vie de famille, ...) et internes (baisse d'estime de soi, prise de poids, maladie...). Mais sa perte est surtout liée à l'usure du couple, constatent la plupart des gens...

Selon Willy Pasini, psychiatre spécialisé en sexologie, la structure du couple repose sur "la réciprocité, la tolérance et la confiance", alors que "le désir repose, par nature, sur un rapport de forces permanent, sur le besoin de transgresser, de dépasser les limites et, dans certains types de perversions, sur la domination ou la soumission." Selon lui, on peut se demander si on peut "allier des caractéristiques comme la stabilité, l'estime et la tendresse, avec des sentiments qualitativement différents tels que l'érotisme et le désir." Il dit chercher encore la réponse à cette question...

Le couple reste, donc, une zone à risque pour le désir. Ce dernier doit être nourri en permanence.

Willy Pasini compare le couple à une automobile. C'est une image que j'avais moi-même employée par ces mots: "On est à présent sur l'autoroute du divorce, chacun son véhicule, les bagages dans le coffre... Dieu du désAmour, faites que la route soit droite et rapide... Le péage est coûteux, le ravitaillement infâme, le paysage monotone... Vivement que je reprenne les petites routes verdoyantes de campagne, à l'avenir..."

 

Danger

 

Oui, il est indispensable de mettre du carburant pour ne pas se retrouver à sortir de la route du duo. Et si la voiture termine sa course en compression de César, il faut changer de véhicule et repartir de plus belle.

Même pas peur !

 

 

Que d'la g...