Je vais vous raconter l'histoire de Blanche et de Younes.

 

Collonges

 

Blanche était une étudiante studieuse et une jeune femme passionnée. Une liane. Fine et élancée avec une crinière rousse qu'elle attachait toujours en une lourde tresse.

Younes était un étudiant turc venu passer deux mois en France. Il était grand et brun. Ses yeux verts fixaient les gens intensément.

Ils se sont rencontrés en France, son pays à elle. Younes s'y sentait bien... Surtout au creux de ses bras. Il n'avait jamais éprouvé tant de douceur.

Leurs conversations étaient passionnantes, leurs étreintes inénarrables.

Mais Younes a dû repartir pour son pays. Là-bas, il n'arrivait plus à dormir, ni à travailler. Il a redoublé son année universitaire. Ses parents se sont beaucoup inquiétés.

Blanche, elle, a cru mourir lorsqu'il est reparti. Elle est devenue si maigre que les médecins l'ont crue anorexique. Elle a redoublé, elle aussi, son année universitaire. Ses parents n'ont jamais compris ce qui s'était passé cette année-là.

Blanche et Younes se sont écrit des lettres passionnées, enflammées, désespérées. Blanche a gardé les lettres de Younes dans le petit compartiment d'une valise fermée à clefs. Younes les a brûlées, dix ans après, la veille de son mariage. En pleurant.

L'histoire aurait pu finir différemment, si elle avait décidé de se sacrifier pour le rejoindre ou si lui avait fait le choix de quitter Istanbul. Mais aucun des deux n'a pu s'y résoudre. Ils ont refusé de quitter leur famille, leur pays, leurs racines.

Des années plus tard, Blanche s'est mariée, elle a eu un métier, des enfants... Mais à chaque fois qu'elle croise un homme brun aux yeux verts, elle repense à Younes, le grand amour de son existence. Aurait-elle été plus heureuse avec lui ? Aurait-elle su le rendre heureux ? Et est-elle réellement heureuse, dans sa vie actuelle ?

 

Reste le souvenir de l'éblouissement...

 

La morale de cette histoire ?

J'ai assez parlé, c'est à vous de me la dire...