Lors de mon dernier rendez-vous avec la-fille-du-Bilan, je me suis dit qu'elle pourrait très bien devenir une copine, dans un autre cadre. On a découvert qu'on est de la même année, que nos enfants ont à peu près le même âge et qu'elle a été enseignante, elle aussi, avant de se rendre compte que ce n'était pas son truc, de travailler avec des enfants.

Une de nos différences, c'est qu'elle, elle a une fille. Lycéenne.

 

Ré 2013

 

Son portable affichant des sms, elle s'est excusée en me disant qu'il s'agissait de sa fille. Pas de soucis. Sa fille, qui venait de s'acheter une paire de talons de 12 cm et avait voulu les mettre pour aller au lycée... malgré les conseils de sa mère, qui lui suggérait de les garder pour le week-end.

Bilan de l'opération : un talon cassé et une fille dépitée. Elle est donc venue apporter la paire encombrante à sa mère et est apparue en jogging et baskets, par chance elle avait EPS ce jour-là. Ses premiers mots ont été : "Ma journée est foutue."

On en a bien ri, par la suite, la-fille-du-Bilan et moi... Je lui ai dit que sa fille avait eu de la chance d'éviter l'entorse. Là, c'est bien plus que la journée qui aurait été foutue !

Bon, vraiment, j'ai bien fait de ne faire que des garçons, de détester le rose et les talons hauts. Moi je reste à plat. Je prends de la hauteur autrement. Oui, je sais, je suis un peu barrée, voire grave perchée, mais faut m'prendre comme je suis ou fuir en courant...