Vous est-il arrivé de dire ou de faire des choses regrettables lors d'une colère monumentale... ?

Je suis sûre que oui.

 

 

Chauvigny (2)

 

 

Une femme blessée peut devenir lionne en furie...

V. a découpé toutes les chemises de celui qui lui avait annoncé la quitter.

B. a jeté par la fenêtre toutes les affaires de celui qui l'avait abandonnée.

S. a fracassé toute la vaisselle de mariage en la jetant au sol, pièce après pièce.

N. a cru se venger d'une trahison avec son meilleur ami.

T. a fait croire à une alerte à la bombe dans le resto où son amoureux dînait avec la suivante.

L. a brûlé toutes les photos, les souvenirs et les lettres d'amour dans un feu de joie et a mis le feu au cabanon de jardin.

 

D'autres encore ont pleuré, hurlé ou se sont roulées en boule avec l'envie de mourir.

Mais de nombreuses femmes ont relevé la tête et décidé de poursuivre leur route, seule. En se disant que ce chagrin d'amour passerait, lui aussi.

Et la vie continue...

 

 

Mais parfois la colère est salvatrice.

La crise peut parfois être surmontée. Il ne faut pas avoir peur des mots, entre tempêtes et ouragans. Si on craint le point final à chaque désaccord, cela devient invivable.

Il faut parfois oser libérer sa colère pour être enfin écouté. Si c'est bien Lui qui sera notre Demain, il ne peut pas devenir un Hier...

 

Il faut parfois décider de regarder la fleur de lotus à la surface plutôt que la vase au fond de l'étang, enterrer la tronçonneuse de guerre et savourer la chicha de la paix retrouvée...