Petit bilan, pile un an et demi après le divorce qui a été le point de départ de ce blog...

Je n'oublierai jamais ce jour où j'étais excitée comme une puce qui a rendez-vous avec sa nouvelle vie. Il faisait un temps splendide.

X était passé me chercher pour aller au tribunal. Cela ne doit pas être si fréquent, que les divorcés arrivent ensemble. Je lui ai fait remarquer qu'il faisait un temps magnifique pour divorcer et ça ne l'a pas fait rire. Moi, j'essayais de masquer mon envie de sautiller comme une môme de 5 ans.

 

On a divorcé.

On se croise à la transmission des colis, soit 3 week-ends par mois et au moins la moitié des vacances. On discute un peu le temps que les garçons finissent de préparer leurs sacs du week-end et on communique par sms, voire un coup de téléphone quand c'est un peu long à gérer par sms.

On est, comme pour le divorce, dans le consentement mutuel : on se met d'accord. Pour les horaires, les week-ends, les vacances. On s'arrange en fonction de nos disponibilités.

On a même des attentions sympas pour l'autre. X m'a offert un livre pour la fête des mères, via les enfants, un roman sur une femme qui demande le divorce et part faire le tour du monde en bateau. Du coup, pour la fête des pères, j'ai ajouté aux cadeaux des enfants un petit carnet où j'ai calligraphié de ma plus belle plume la citation de Confucius : "On a deux vies et la seconde commence quand on se rend compte qu'on en a qu'une."

 

On a divorcé.

Nos vies se sont séparées. Chacun continue sa route, et le chemin est semé d'ornières, de cailloux et de fleurs des champs. 

La route de X s'est enrichie en réflexion, en avancées personnelles, en relations amicales, en grandes résolutions, en zénitude. Il reconnaît que ce divorce que j'ai initié l'a bousculé et l'a fait avancer. Il a compris ses erreurs et j'ai reconnu les miennes (même si j'en avais beaucoup moins, évidemment !!).

On a réussi à se dire : on n'était plus ni des amoureux, ni des amants... On n'était plus que des parents.

Et on reste des parents... à vie.

 

Ma route s'est enrichie au niveau professionnel (je rentre en formation d'animatrice en gérontologie l'an prochain !), au niveau personnel, au niveau amoureux, au niveau complexité, au niveau rires, au niveau clashs, au niveau projets... Bref. Une vraie vie, quoi !

 

On pourrait dire de moi "Elle a refait sa vie"...

Mais ça veut dire quoi, refaire sa vie ? On ne peut pas refaire le chemin à l'envers, pour effacer ce qui nous a blessés ou déçus. On ne ravale pas la façade à coup de peinture blanche pour remettre de la couleur par-dessus. Notre passé, on le porte en nous. Comme un poids qui peut nous gêner pour avancer ou comme des balises pour ne pas refaire les mêmes erreurs.

 

 

Porte Payroux

 

 

               Pour pouvoir ouvrir une porte, il faut souvent en fermer une autre...