11 jours, déjà.

Je suis toujours vivante.

Toujours debout.

(tiens, ça me rappelle vaguement un truc, ça... ?)

 

1/ Du côté de l'EHPAD :

Je fais une pause dans mes recherches d'emplois. 12 ème candidature aujourd'hui. La directrice de mon lieu de stage m'a contactée hier pour me demander si j'avais trouvé un poste et m'a lancée sur une piste, elle m'avait beaucoup appréciée.

Le directeur de mon remplacement aussi (extrait de notre correspondance):

"Je tiens également à vous faire un retour positif, car effectivement, les résidents et moi-même ont apprécié votre travail au sein de la résidence. Vous avez su rapidement vous intégrer et apporter des nouveautés, appréciables par tout le monde. Une famille était venue me voir un soir en m’exprimant sa satisfaction quant à l’animatrice remplaçante !! Vous pouvez avoir confiance en vos qualités d’animatrice et je n’hésiterai pas à diffuser votre CV."

 

2/ Du côté sentiments :

Toujours en vie.

Je réussis à ne presque plus pleurer. Seulement quand je dois annoncer ça à quelqu'un... Le dernier en date, c'est mon fils aîné, hier, de retour de vacances avec son père. Ils ont crapahuté dans les Deux-Sèvres, à Angles-sur-l'Anglin et à la Bussière.

Oh m... c'est là où on a jeté nos alliances en duo, tous les deux. On s'était dit qu'il faudrait mettre une plaque : ci-gît un cercle magique avec nos deux alliances entrelacées... Plus original que le pont des cadenas, nous, on a inventé le Pont des Alliances.

 

Pont

Mon fils est resté soufflé. Mais tu es sûre que c'est définitif ? Bah oui. Ah je suis désolé, pour toi et aussi pour moi, je l'aimais bien, N... Mais ça avait l'air d'aller mieux, vous deux, tu es vraiment sûre ? Bah oui, il l'a dit et répété : tout est fini.

N. me parle même de nos futures rencontres de quelqu'un d'autre (heu, c'est pas un peu prématuré ?!) mais ça, je ne l'ai pas dit à mon fils. "Quant à ma vie future, il est très possible que je reste seul. Il est aussi très possible que je rencontre une autre femme" (Est-ce la chose à m'écrire maintenant ?!)

Dans ce mail il y a quand même un peu de "désolé" : il me souhaite d'aller mieux, de faire mon deuil puis un jour de rencontrer un homme qui me permette de vieillir à ses côtés (en précisant que ce ne sera pas lui mais qu'il y a plein d'autres hommes meilleurs que lui sur terre !)... Je le sais bien, mais moi, c'est lui avec qui je me voyais vieillir, pas un vieux bedonnant quelconque. J'envisage de passer mes futures vacances dans un monastère, d'ailleurs (on fait comment, pour ne plus penser à l'autre en se couchant dans son grand lit froid ? Est-ce que lui pense à moi, encore un peu, le matin, avec cette petite faiblesse masculine dont j'avais l'art de m'occuper ?)

(Je n'arrive pas à l'imaginer faire à une autre ce que je lui ai appris à me faire... Je chasse vite ces images de mon imaginaire torturé).

Enfin, il a vite l'intention de me remplacer, quand même... ?

 

Mon fils aîné n'est pas du genre à étaler ses ressentis. Mais sa sollicitude me touche. On a fait une longue balade à vélo tous les trois hier et ils savaient que ce n'était pas le vent qui faisait briller mes yeux derrière mes lunettes noires. Lorsque je l'ai annoncé à mon plus jeune fils, lui avait pleuré dans mes bras.

 

Sa fille, dont il a tant répété qu'elle m'aimait et ne cherchait qu'à être aimé de moi, n'a exprimé que son "soulagement" (je cite !) et son désir de ne plus me revoir, parce qu'elle avait "peur". Je ne comprends pas. Moi qui lui ai promis de lui apprendre à se maquiller quand elle aura l'âge. Moi qui pensais pouvoir rester une vieille amie, lointaine, qu'on voit de temps en temps, à qui on envoie une photo de la future pré-ado rebelle...

Peut-être qu'il faut laisser du temps au temps. Avec le temps, va, tout s'en va. Bientôt la tristesse sera derrière moi.

 

 

3/ Du côté matériel :

J'espère qu'il  viendra quand même récupérer ses affaires dans l'ancienne chambre de sa fille et tout ce qui traîne dans mon jardin ou mon garage... J'espère que mes questions auront une réponse un jour.

Et la maison achetée ensemble, dont il ne reste que 4 murs et un toit, on en fait quoi ? Il n'y a plus de porte ni de fenêtres. C'est même pas une maison. On s'est souvent dit en regardant une maison abandonnée en cours de reconstruction que cela devait venir d'une séparation.

 

4/ Du côté du reste :

J'ai eu une furieuse envie d'ouvrir une boîte de sardines bien huileuses, hier. Je suis végétarienne depuis 3 ans et demi et c'est ce qui a provoqué notre rencontre. Oui, mon inconscient doit vouloir me dire un truc, là. Je m'en fous, je ne l'écoute pas. J'ai dévoré 30 olives à l'ail à la place.

Je vais voir des copines, ce soir et demain soir. Prendre un pot. Voilà qui va me faire du bien.

(Prenez soin de vous. Merci aussi à ceux qui lisent et communiquent en privé. Je prendrai le temps de laisser des commentaires chez vous, bientôt. Je vous lis un peu mais je reste silencieuse pour éviter de plomber l'ambiance !)