Ceux qui me suivent depuis un moment savent que j'écris des lettres. Aux inconnus ou aux méconnus. Des lettres que je n'ai pas eu le temps d'envoyer, parfois. J'écris aussi à mon puzzle. Oui, j'ai écrit à mes yeux, mes mains, mes jambes, entre autres. J'ai même écrit à mes fesses et à mes seins, dans ce blog ! (tag : lettre)

     Je tenais à t'écrire à nouveau. Toi, mon ventre.

     La première fois, c'était ici, le 28 novembre 2016 : http://girlydivorce.canalblog.com/archives/2016/11/28/34488187.html

                                  Aujourd'hui, un peu moins de 3 ans après...

 

Ventre

 

     Te voilà redevenu un ventre comme je les aime. Plat. Pas trop de plis. Sans histoire. Manque juste encore un tout petit peu d'abdos pour te dessiner, mon ventre.

     Un mini fleuve tranquille coule dans toi, mon ventre.

     Me voilà bien dans toi, mon ventre de femme. Toi qui a porté la vie deux fois. Deux petits bidules magiques qui sont aujourd'hui au lycée et en fac. Bien dans ma peau. Bien dans mes baskets blanches. C'est le début de l'amour de mon Moi, de t'aimer, toi, mon ventre.

     Même si tu es désormais seul, sans le contact d'un autre ventre contre toi.

 

     Petite parenthèse...

     La sexualité est un besoin psychologique, mais pas physiologique. Le corps s'endort doucement si on ne s'y intéresse plus. On dit que les situations d'abstinence peuvent être compensées par des activités corporelles qui permettent de le faire vivre : marche, danse, natation, vélo... (Oui, je me défonce sportivement, ça se voit que je suis célibataire - J+27 !)

     Un couple, c'est s'entendre intellectuellement, mais aussi corporellement : s'accorder avec les corps. C'est tellement beau et fort, ce qu'on peut vivre ainsi. Tellement de gens loupent cette rencontre. Certaines personnes passent à côté pendant 20 ans, en considérant leur compagne frigide (il faudrait leur expliquer que ça n'existe presque jamais sur le plan physiologique). Hey, les filles, faut les guider, vos hommes. Que de frustrations accumulées chez certains/certaines ! Merci Dorat Moutot de libérer la parole et la jouissance des femmes sur T'as joui (Insta)...

 

     Mon ventre, je sais qu'un jour, tu vas te réveiller à nouveau à la vie, la douceur et le partage. La vie qui te rappellera tout ce qu'il y a dans toi, mon ventre...

 

           (NB : penser à écrire, dans une prochaine lettre, à mon clitoris et à mon vagin)

 

            (PS : je vous l'avais annoncé, la sorcière est de retour...)