J'ai déniché à nouveau une pépite de la Recherche ! On n'est pas dans le fantasme mais bon, je range ça quand même dans cette rubrique, je n'allais pas mettre ce sujet dans Le divorce pas à pas ou Les mondes merveilleux (quoique...) !

 

 

A

 

     Il s'agit d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Université d'Erciyes en Turquie. L'étude a concerné plus de 200 hommes dont l'IMC et la performance sexuelle ont été mesurés. Cette expérience révèle que les hommes avec du ventre "durent 5 minutes de plus au lit". Dommage, le résumé de l'étude n'en précise pas les modalités : TP chrono en main, questionnaire de satisfaction des femmes ou confiance aveugle dans les dires des hommes étudiés... ? 

     (En matière d'IMC, ayant perdu 3 kilos début août, je suis passée de Maigreur à Dénutrition, mais vous savez ce que je pense de cet IMC, dont j'ai déjà parlé... Mon fils de 15 ans m'a dit que je ne faisais pas "maigre" et que d'après lui, mon IMC est faussé par mon IOC - Indice d'Ossature Corporelle - il aime bien inventer des acronymes, on se demande de qui il tient...). Bon, vivement que je bosse, ça me permettra de diminuer le sport et donc de reprendre du "poids de la bête" !)

     Les chercheurs ont également indiqué que les hommes dont l'IMC est plus élevé peuvent "durer en moyenne 7,3 minutes contre 2 minutes pour les plus minces". L'explication scientifique concerne la production d'oestradiol, une hormone féminine qui a pour particularité de déboussoler les neurotransmetteurs chimiques masculins et donc de retarder l'orgasme. Les hommes avec quelques rondeurs seraient donc plus endurants. L'oestradiol produirait ainsi l'effet Duracell, sans le petit lapin rose... (enfin, pourquoi pas, chacun ses fantasmes, hein !)

     L'oetradiol est produit, pour 20 %, dans les cellules de Leydig situées dans les testicules, le reste est formé dans les tissus périphériques par des androgènes aromatisants, essentiellement la testostérone. Dans le processus de conversion de la testostérone en œstrogènes entre en action l’enzyme aromatase, dont l'activité augmente avec l'âge et le surpoids.

     L'oestradiol et la testostérone (cette dernière étant plus connue et plus souvent associée aux hommes) sont des hormones antagonistes : plus le niveau de l'un est élevé, plus le niveau de l'autre est faible.

     Bon, à mon avis, les chercheurs qui ont pondu cette étude passent leurs soirées à boulotter des sandwichs au beurre de cacahuète devant Netflix. Ils ont voulu faire un pied de nez à leurs homologues qui les passent en salle de muscu ou en running...

    Personnellement, je les préfère plutôt musclés et minces (grands, bruns, intelligents et drôles de surcroît), mais pour l'avancée de la science, je suis prête à tous les sacrifices, j'ai donc pris sur moi pour vérifier quelques éléments d'étude...

                  (smiley rire)

 

     Talentueuse Pomme à nouveau, en guise de clin d'oeil : j'adore le mélange de la voix et de l'autoharpe...

Pomme - La même robe qu'hier (session acoustique)