"Il y a eu plusieurs hommes dans ma vie, mais jamais plus d'un seul à la fois."

                                                                                                                      Marie Laforêt

 

 

     On a divorcé il y a trois ans, jour pour jour. Cela fait 1095 jours.

     Je n'ai pas oublié ce soleil radieux en allant au tribunal. J'avais ri en disant que c'était une journée magnifique pour divorcer. Toi, ça ne t'avait pas fait rire. J'avais envie de sautiller comme une môme !

     Ma "deuxième vie" commençait officiellement ce jour-là. Elle a continué dans les bras d'un homme que j'ai aimé prodigieusement. Cette deuxième vie s'est éteinte le 9 août 2019, jour de la Saint-Amour. J'ai souffert, sans celui que je considérais comme le dernier homme dans ma vie et qui m'avait remplacée avant même d'appuyer sur la touche "eject"... et que le fric rend pathétique.

     Je croyais ne jamais m'en remettre et 1 mois après, je l'avais déjà oublié dans d'autres bras. Période légère...

     La troisième vie a été efficace. Centrée sur le travail, les amis, le sport, les sorties et la famille... et un ou deux amants de passage pour me rappeler que je suis une femme. Les montagnes russes, je les voulais en ligne droite. Me remettre en accord avec moi-même. Calmer mes colères d'enfant. Faire taire mon passé. Blinder l'armure. Grandir. Me recentrer sur mes valeurs.

    

Div

 

     Mais les nouvelles rencontres ne nous obéissent pas. Je voulais m'amuser et vivre sans devoir accorder mes envies à celles d'un autre. Sans contraintes. Et j'y ai réussi. Parfois, je me suis sentie en apesanteur, dans l'incommensurable légèreté de l'être...

     Et pourtant...

     Tu es venu.

     J'ai lutté. Pas de taille. Trop large d'épaules pour moi. Solide.

     Tu es revenu. Resté.

     J'ai déposé les armes.

     Tu l'as apprivoisée, la renarde...

     Tu l'as embarquée dans un joli voyage. Tu as fait fondre son armure en lui disant des trucs comme "Seules 2 femmes ont compté dans ma vie, penses-tu pouvoir être la troisième ?" Mon passeport est prêt, au fait. L'avion partira sans moi (J - 29).

     Tu l'as amenée à tomber amoureuse pour la quitter après, malgré tes sentiments pour elle.

     Comprendra-t-on un jour ce que les hommes ont dans la tête ?! (ou un peu plus bas ?)

 

     Merci mon groupe de copines et copains qui m'aident à remonter une fois de plus vers l'élan de vie.

     Mais toi, je n'ai pas pu effacer tes photos, ni virer ton portable de mes contacts. Il va falloir du temps pour t'oublier, toi. Je me répète, dans ce blog (quand sortirai-je de ce **@** de rond-point ?), mais on n'oublie jamais rien, on apprend à vivre avec.

 

Olivia Ruiz et Weepers Circus : La renarde - Live au Zénith de Nantes (2009)

 

      Je ne suis pas près d'ouvrir mon cœur à nouveau. Enfin je vais m'y efforcer, mais on ne change pas à mon âge, comme dit ma psy (elle m'agace, tellement elle a raison !), je suis et je resterai entière, à vivre intensément.

      La peur n'évite pas le danger, paraît-il. Les deux cohabitent en toute désharmonie chez moi.

      Ma psy dit qu'elle ne croit pas une seconde à ma "pause de mecs" (mais qu'elle est pénible !).

 

      On verra si je m'y tiens...