Voyage à divorce land

07 décembre 2019

Lettre à mon utérus

 

 

     Mais jusqu'où ira-t-elle ? se sont demandés certains lecteurs, au début de mes lettres à mon puzzle de moi...

     Et bien... Loin ! C'est pourquoi aujourd'hui, je t'écris à toi, mon utérus.

   

               J'avertis les internautes que c'est pour lecteurs avertis... blablabla etc...

 

                                                    Bon, bah... Voilà, quoi !

 

Musee Dali

    

           Mon cher Utérus,

     Comme toutes les filles, je t'ai découvert dans mon manuel de biologie de collège. Tu es celui qui accueille l'enfant à naître. J'ai bien pris conscience de ton importance quand j'ai été enceinte. Les fameux traits bleus dans la petite fenêtre du bâtonnet sur lequel on a uriné. Mes 2h de voiture par jour, ma classe à gérer, les contractions que tu m'as imposées dès le troisième mois. Puis l'arrêt de travail, les longs mois à m'emmerder copieusement sur mon canapé... Les doigts gantés des blouses blanches pour vérifier la dilatation de ton col. Ni col Claudine ni col roulé, ma foi, mais col déjà dilaté à quelques mois... "Vous avez un utérus contractile, Madame"... Ah, merci, c'est la première fois qu'on me fait un tel compliment !

     Qu'on ne vienne pas me bassiner avec l'épanouissement de la femme enceinte. Baleine échouée, vautrée, frustrée de devoir abandonner ses élèves trop tôt. Je vous fais grâce de la façon dont s'est déroulé mon accouchement.

     J'ai quand même eu le courage d'en faire un deuxième. Re-belote. Grossesse alitée. Couloir bleu pâle du SIG. Soins Intensifs Grossesse. Rupture de la poche des eaux à 7 mois. Couveuse. Grande-prématurité.

     Tu m'as bien fichu la trouille, cette année, avec ce papillomavirus. La menace du cancer du col de l'utérus a lourdement plané pendant des mois. J'en parlais ici, dans "La préférence masculine" : CLIC http://girlydivorce.canalblog.com/archives/2018/05/31/36449364.html

     Le corps parle (il me doit bien ça, depuis le temps que je lui parle). Ma gynéco me l'a confirmé. Toi, mon utérus, tu as dû vouloir me mettre en garde : "il" me faisait plus de mal que de bien...

 

     Mais dis-donc, mon utérus, en dehors de foutre le bordel dans mon être, tu fais quoi, toi, dans la vie ?

 

     Pour Freud, tu ne sers à rien dans la sexualité. Lui, il est resté penché sur le clitoris et le vagin. Basique, comme la plupart des sexologues. C'est avec Françoise Dolto, en 1982 (La sexualité féminine), que tu as commencé à faire parler de toi. Et pas seulement pour la conception ou le cancer. Pour elle, c'est de toi que dépend l'orgasme. Elle ne renie pas le fait que tes petits camarades, le clitoris et le vagin, jouent un rôle important dans le plaisir et l'union des énergies sexuelles, mais affirme que c'est toi, l'utérus, qui déclenches l'orgasme par la résonnance que provoquent les mouvements (du pénis ou autre) contre ton col. Ce sont ces heurts et les vibrations qu'ils provoquent dans tout le corps qui vont permettre de "ressentir l'énergie masculine dans toutes les cellules" de notre corps de femme ou de "voir les étoiles".

    D'après Dolto, la seule chose qui signale que certaines femmes ont un utérus mobile, c'est qu'elles ont "les mêmes besoins sexuels que les hommes". "Elles sollicitent autant les hommes qu'eux, alors que lorsque leur utérus s'est immobilisé à l'âge oedipien, c'est toujours l'homme qui en redemande et jamais elles."

 

    

     Comment terminer cette lettre à toi, mon utérus ?

      Je n'ai pas peur des mots, moi, mais avoue que ce n'est pas évident, de t'écrire. Tu résonnes étrangement, tu sais, mon ut est russe. J'ai appris à jouer de ta musicalité dans un duo pour concertistes avertis. 

 

       Bonne continuation à toi, mon utérus, on s'appelle et on trinque, un de ces jours... ?

                                             Na zdarovié !

 

      (Je sens que je vais encore perdre des lectrices, mais je m'en balance, si je peux en avoir éclairé ou amusé quelques-unes...)

 

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 décembre 2019

Des femmes qui font bouger les codes... (2)

     

lindsey-vonn

    

     Lindsey Vonn a à son actif 77 victoires en Coupe du Monde et 130 podiums. Elle fait également partie des 6 femmes qui ont gagné la Coupe du monde dans les 5 disciplines de ski alpin que sont la descente, le super-G, le slalom géant, le slalom et le super combiné. Elle est considérée comme étant la plus grande skieuse américaine de tous les temps.

     La skieuse de 35 ans qui s'est déjà tant cassée s'ennuie sur le circuit féminin. Son rêve est de pouvoir entrer en compétition contre les hommes.

     "Je me trouve toujours meilleure quand je dois skier contre eux. Je leur parle, j'entre dans leur cerveau, je vois ce qu'ils font et, en un sens, je skie plus vite."

     (source : Denver Post)

 

     La compétition contre les hommes...

     De mon côté, elle est minime, sur le plan professionnel, il y a si peu d'hommes en EHPAD ! Quant à la sphère privée, je préfère ne plus entrer en compétition, je préfère jouer la course en solo, mais parfois je suis dans la même ligne d'eau qu'une personne qui vaut la peine... à suivre...

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 décembre 2019

Des femmes qui font bouger les codes... (1)

      Zoom sur Ashley Graham, un modèle dans tous les sens du terme...

      Premier mannequin "plus-size" à faire, en 2016, la couverture du célèbre Sports Illustrated Swimsuit. Sur le shooting, elle avait déclaré : "sur mon corps, plus le bikini est petit, mieux c'est."

     

                         Ashley-Graham-Sports-Illustrated-Swimsuit-2016-Cover

 

     Elle possède le fond et les formes. Elle mesure 1,75m et s'habille en taille 48.

     Son premier livre s'intitule A New Model. Elle fait partie des jurés dans Top Model USA et affirme haut et fort sa confiance en elle devant toute une génération obnubilée par son poids d'un extrême à l'autre (dont je fais partie)...

     J'espère que les générations futures vont évoluer vers de plus en plus de confiance en soi.

     Quel que soit son Soi.

(Je continue à me peser chaque jour, comme un vieux réflexe, en pestant contre mes kilos qui s'envolent si vite et ont tant de mal à revenir, au désespoir de mes copines ou collègues qui mangent 3 fois moins que moi en quantité !)

 

Posté par CreaPascale à 19:44 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2019

Trucs de filles qui changent de sac à main...

     

     Première info : j'ai trouvé un copain avec un diable, une bonne dose de compréhension et de muscles pour mettre le lave-vaisselle dans le cabanon de jardin le week-end prochain, c'est celui-dont-je-ne-prononce plus-le-nom qui va être content (oui, je sais, c'est un peu long, mais bon, c'est toujours mieux que de dire "l'autre c**rd") !

     Deuxième info : mes journées ne se déroulent jamais comme prévu, même mes rendez-vous ! Ma psy m'a bien fait rire, elle a dû annuler notre dernier rendez-vous sur le pas de la porte, parce qu'elle avait oublié les clefs de son cabinet, restées dans son autre sac à main ! Je lui ai dit que ça me rassurait, je ne suis pas la seule à faire des bêtises...

      

 

Lavoir

 

     Du coup, je m'étais levée tôt pour ce rendez-vous, alors je suis allée traîner les magasins...  Mais rien à faire, je ne suis pas dans l'esprit festif de fin d'année, comme d'habitude ! Et c'est encore pire depuis que je suis redevenue végétarienne. Le grand déballage de bouffe et de cadeaux me gave (pensée pour les oies !)...

     Mon contrat de travail stipule qu'il est interdit de prendre des vacances du 20 décembre au 2 janvier, ce qui me convient très bien. J'ai signé sans sourciller. Mes enfants seront chez leur père pour Noël et moi, je vais bosser sauf les jours fériés... Le 25 décembre, j'envisage de faire un petit tour dans mon ancien EHPAD, ils seraient ravis. À moins que je ne me laisse embarquer dans un Noël alternatif ? (J'étudie les propositions, à l'heure actuelle !)

     Quant au soir du 31 décembre, là, je vais aviser au dernier moment : faire la fête entre amis ou me glisser sous la couette après une p'tite soupe ?! (Le réveillon de la Sainte-Couette...)

 

      Oui, je sais, j'envoie grave du rêve, là.

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 novembre 2019

Les petits secrets des sorcières...

 

 

     Secret n°1 : arrêter de chercher quelqu'un pour vieillir ensemble.

 

     Secret n°2 : trouver quelqu'un avec qui rester enfant.

    

Table inondee

 

     Quoi de mieux comme jeu d'enfant que le "cap ou pas cap " ?

     Rester enfant, c'est par exemple recevoir des coordonnées GPS un samedi soir et s'y retrouver une heure après sans savoir où on va atterrir !

     Parce qu'à ce jeu-là, je suis toujours "cap", moi... et j'aime ne pas être la seule à jouer...

     Les sorcières aiment jouer avec ceux qui ont du répondant.

 

     Quand tu me dis 2 jours après "Je te prends au mot ? ", tu sais très bien que je vais répondre "Oui".

 

Pomme "2019" (La liberté d'aimer) @ Le Trianon Paris 2019

 

          "Je veux la liberté d'aimer et d'être qui je suis...

          Je cours, je pars réinventer ma vie, loin d'ici..."

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 novembre 2019

Je n'ai pas l'étoffe...

Automne

 

     Pas envie de m'étaler à propos de mes agacements actuels, mais en parler, c'est aller vers le détachement.

     Mon ex-mari raccourcit les week-ends pour m'empêcher de vivre ma vie (contrairement à ce qu'il prétendait, il n'a toujours pas digéré notre divorce ?!) et c'est sujet à de bonnes prises de bec (s'il croit qu'il va me "coincer", c'est raté, nos enfants sont grands et savent très bien rester seuls). 

     Mon ex-coloc, lui, par courriel, m'a demandé la caution entière alors qu'il n'en a payé que la moitié (que je ne récupèrerai peut-être pas en entier le jour de mon déménagement). Il me demande de refaire le bail sans son nom et sans la caution de ses parents (si ça l'amuse de payer pour ça alors que je vais déménager au pire au printemps ou cet été... on en a bien ri, la dame de l'agence et moi... c'est tellement ridicule, maintenant que je suis en CDI et avec mes parents qui sont caution !). Il me demande aussi de mettre son lave-vaisselle dans le cabanon de jardin pour être sûr de le récupérer sans me voir (avec mes petits bras musclés, à mourir de rire ! J'attends qu'il missionne un collègue avec un diable pour ça...)

     Bref.

     Vous comprendrez que je désire penser à autre chose. Me concentrer sur le positif de ma vie (et le Diable sait s'il y en a !)

 

     Sous le charme de la voix grave de Clara Luciani (déjà, son nom italien, proche du mien, me séduit). Touchée par sa voix de tête si émouvante.

     Parfois, je pense également que "je n'ai pas l'étoffe, pas les épaules pour me conduire comme une femme". J'agis parfois plutôt comme un homme. Quant aux relations homme / femme.

     Je vis vraiment "une drôle d'époque".

 

Clara Luciani - Drôle d'époque (live)

 

     On entend beaucoup La grenade...

     "Qu'est-ce que tu crois, je ne suis qu'un animal déguisé en madone... Sais-tu que là, sous ma poitrine, une rage sommeille que tu ne soupçonnes pas... Prends garde..."

 

Clara Luciani - La grenade

 

       

             Oui, prends garde, toi qui souhaites m'apprivoiser.

"Je pourrais te faire mal, je pourrais te blesser, oui, dans la nuit qui frissonne..."

    

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 novembre 2019

Le sport : dopant sexuel.

 

    

     Vous le savez, moi, j'ai besoin de sexe dans ma vie. Comme tout le monde. Enfin, je crois.

     Plus que certaines femmes, apparemment. On m'a reproché d'être "too much", trop en demande. Mais ça, c'était avant... Mais pourquoi je ne l'ai pas jeté moi-même, ce ** qui affirmait qu'un homme ne peut pas plus de 2 ou 3 fois par semaine ?! (On se demande comment j'ai pu m'attacher à un homme aussi peu généreux en matière de sexe).

     Alors j'ai compensé par le sport, en pensant que je déchargerais ainsi une partie de l'énergie que je ne dépenserais pas sous une couette.

 

A

 

     Je suis rassurée quant à la gente masculine : 3 fois et plus dans une nuit, c'est encore et toujours possible, ouf !

     Je viens de lire les conclusions d'une étude, réalisée par des chercheurs du San Francisco General Hospital, qui confirment les bienfaits du sport. 150 mn d'exercices modérés ou 75 mn d'activité intense par semaine favorisent une sexualité épanouie. Ils précisent même que le risque de dysfonction sexuelle chez les femmes diminue de 30% et le risque de panne érectile masculine diminue de 23%. Vive le sport !

     C'est peut-être pour ça que j'ai toujours eu un faible pour les sportifs... ils assurent... et j'aime me sentir petite dans des bras musclés. Pas vous, les filles ?

     Voilà, pas grand chose à rajouter, j'ai hâte de retourner faire du vélo dans la campagne et photographier des arbres aux couleurs automnales flamboyantes.

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 novembre 2019

BTP : Boyfriend Type Person / GTP : Girlfriend Type Person

 

 

     Vous le savez, je suis très "acronymes". J'en colle un peu partout. Mais je ne suis pas la seule ! Le BTP, ce n'est pas qu'une histoire de chantier ou de travaux.

     Quoique... Parfois, la vie amoureuse est un grand chantier de fouilles où les découvertes sont surprenantes !

 

BTP

 

      Eva Illouz, professeur de sociologie à la Hebrew University de Jérusalem, analyse la souffrance amoureuse sous l'angle sociologique, telle une institution sociale de la modernité. ("Pourquoi l'amour fait mal : l'expérience amoureuse dans la modernité")

      Ce changement de perspective est vraiment intéressant. La plupart du temps, la souffrance en amour est étudiée du côté psychologique, en se basant sur les expériences passées et l'enfance. Eva Illouz dresse un portrait de l'être humain contemporain et de son rapport à l'amour d'un point de vue sociologique. Peur de l'engagement, fantasme d'autonomie, incapacité à s'engager, refus du choix, psychologisation à l'extrême des amours, rationalisation et dépassionnalisation des relations amoureuses... Le monde moderne laisse les amoureux désemparés.

     Le BTP s'inscrit dans cette optique. Je le mets au masculin mais on peut le conjuguer au féminin sous la forme GTP. Il n'est pas encore tout à fait votre compagnon de route, votre petit ami, votre amoureux. Il est un peu plus important qu'une aventure classique. On vous voit souvent ensemble, vous commencez à avoir des sentiments, mais rien ne peut vous déclarer "en couple". Vous pouvez même voir d'autres personnes sans considérer être "infidèle". Le terme de BTP est souvent utilisé par les phobiques de l'engagement.

     Et entre les "phobiques de l'engagement" et les "déçus de l'engagement", il n'y a qu'un pas.

    

Elodie Frege - La Femme De L'apres Midi

 

                Elodie Frégé, une si jolie voix : La fille de l'après-midi...

 

 

     Comme je sors beaucoup en ce moment, je rencontre des divorcés, des séparés, des gardes alternées, des recomposés, des célibataires endurcis, des éternels romantiques, des désabusés, des personnes qui veulent encore y croire, et nos conversations à propos des relations de couples sont enrichissantes... Merci à elles/eux !

     Merci L., pour ce bel après-midi. Merci R. pour cette soirée magique. Merci à mes copines, si présentes. A. et E., vous êtes devenues mes amies. Un vrai coup de foudre entre nous 3 qui apparaît comme une évidence aux yeux de tous. Les hasards et coïncidences me réservent tant de belles choses.

     Merci la Vie qui mérite bien une majuscule, par moment.

 

Posté par CreaPascale à 13:49 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 novembre 2019

Les convenances, je m'en balance...

 

     Balance, balançoire qui fait voler les cheveux, les jupes et les plumes dans le vent...

     Moi, les convenances, je m'en balance...

     Je deviens celle que je suis. Indépendante. Libre. Ouverte. Cynique. Fidèle en amitié. Infréquentable. Entière. Indomptable.

     J'aime toujours autant les marches en pierre dans les vieux lavoirs de village. J'aime toujours autant me promener sans savoir où je vais. Je n'ai plus peur de me perdre. Juste envie de me retrouver, au contraire.

     J'annonce la couleur au départ : je ne suis plus apte pour une histoire d'amour. Officiellement déclarée inapte. Navrée pour ceux qui aimeraient y croire pour deux. Question de timing. Faut revenir dans 6 mois, les gars. Ou pas.

     Ou alors il faut m'apprivoiser, sans m'emprisonner... Bon courage !

    

P

 

     Ma psy est un personnage. Je ne me sens pas jugée mais encouragée dans ma démarche de reprise en main de ma vie. Ce que je n'ai pas eu le temps de faire après mon divorce parce que j'ai rencontré trop vite celui-dont-je-ne-prononce-plus-le-nom, c'est maintenant que je le fais. 

     Je savoure ma liberté : manger quand je veux, nager et pédaler seule, partir sur un coup de tête ou de cœur avec ma brosse à dents et 3 vêtements de rechange.

     Ma psy me rappelle que mes bonnes résolutions quant à mon cœur de pierre sont faites pour être transgressées un jour. Celle qui à 20 ans pouvait changer d'homme sans remord chaque week-end a changé.

     L'un d'eux a l'art de me faire baisser la garde et rentrer les griffes. Il faut dire qu'il a de solides atouts. Compétiteur en Fédération Internationale de Natation (et aussi dans un lit). Mes copines me conseillent de ranger mon cerveau et mes crocs dans un tiroir (Lui, il est mordu). Et aussi d'écouter mon cœur.

      Hmmm... rappelez-moi, c'est quoi, déjà, un cœur ?

      Moi, j'ai surtout envie de continuer à sortir, rencontrer, aller vers, rire, échanger, ne pas me cacher, danser, aimer pour une nuit ou une vie, apprendre, ne pas avoir peur, découvrir, vivre.

     Intensément. Insensément. Passionnément.

 

     Je ne veux plus oublier que je ne suis qu'un oiseau de passage sur Terre. Alors il ne faut pas me mettre en cage... je veux pouvoir m'envoler.

 

 

L'oiseau de passage - Pomme & Anouk Aiata @ New Morning

 

     Que reste-t-il à présent ?

     Les oiseaux migrent avec le vent

     Emportant tout avec eux

     Les souvenirs, les jours heureux

     Resteront les vents d'été

     Pour oublier que je t'aimais

     Restent les larmes salées

     Pour me rappeler que tu n'étais

     Qu'un oiseau de passage....

 

     Magie de l'accord de deux très belles voix de femmes.

 

    

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 novembre 2019

L'art de rompre

 

     Vous le savez, j'ai une certaine expérience en matière de rupture. Pas que je m'en vante, bien au contraire. Si j'avais trouvé mon Prince-pour-la-Vie à 16 ans, je n'en serais pas là.

     J'ai connu des ruptures par sms. Par lâcheté. Des ruptures choc. Ok, je t'ai trompée avec cette fille mais ça ne compte pas. Des ruptures de goujat. Faut que tu t'en ailles, ma femme va pas tarder. Des ruptures de lâche. Je ne t'aime plus depuis des mois mais j'arrivais pas à te quitter. Des ruptures pas nettes. T'es trop bien pour moi, tu comprends. Bah non, il y a des ruptures auxquelles on ne comprend rien.

     Il y a aussi des ruptures par courrier. Des belles lettres d'amour/d'adieu. J'aurais peut-être dû en garder certaines.

     Bref. 

     Je ne me fais plus aucune illusion quant à la lâcheté masculine.

 

Une pierre dans mon jardin

                           (oui, oui, il y a bien écrit : Une pierre dans mon jardin)

 

      Quand c'est moi qui ai rompu, j'ai préféré le face-à-face. Ne reculant pas devant les kilomètres pour annoncer la bonne nouvelle. Sauf une fois, où j'ai choisi la missive écrite. Lâcheté féminine, oui. Je ne pouvais pas me regarder dans la glace en l'ayant trompé, étant donné que je me considérais déjà comme libre. Ok, c'est nul et lâche, je le concède. J'avais 23 ans.

 

     Pour donner des idées à celles (ceux) qui le feront par écrit, voici quelques pistes...

 

     Version sympa :

      Mon cher amour,

Nous avons vécu des choses fabuleuses, incroyables, qui resteront gravées dans ma vie comme un soleil. Je me sentirais bien égoïste de ne pas en faire profiter d'autres bonnes âmes. Va, sème le bonheur autour de toi. Moult femmes t'attendent !

(vraiment sympa)

 

     Version secrétaire :

      Monsieur,

J'ai le regret de vous informer que votre candidature n'a pas été retenue au poste d'homme-de-ma-vie. Vous ne correspondez pas aux critères requis pour le profil (fidélité, maturité, générosité, etc). En conséquence, je vous prie de bien vouloir récupérer vos affaires au plus vite. Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mon plus sincère mépris.

 

     Version sportive :

Un jeu partout. Balle au centre.

Victoire par KO. Je quitte le ring, mais je sais que tu as déjà trouvé une remplaçante.

 

     Version joueuse :

Un mot qui commence par a et qui finit par dieu... Tu l'as ?

(S'il ne l'a pas, ça veut vraiment dire que c'était un pur crétin et que vous avez bien fait)

 

     Version littéraire :

 Ainsi va la vie, elle court, va et virevolte, emportant au passage les amants éconduits... Vous fûtes un bel oiseau de passage, je reprends mon envol vers des contrées lointaines où vous ne sauriez me suivre... La plume tourbillonne dans le vent telle une feuille morte automnale..."

(Ouais, il est foutu de ne rien capter et de répondre par sms : "lol ptdr trop bien ton dernier début de roman. Toujours ok 20h au Roof ?")

 

     

Les délinquante - Je t'aime tellement - Wattrelos la boîte à musique

 

     Ils ont oublié un S à Délinquantes, navrée, je ne peux pas modifier. Elles sont vraiment drôles ! Prenez le temps de les écouter...

("Je t'aime tellement, tu seras fière de ma cuisine et de mon cul si tu m'amènes à la piscine... J'arrête le tir, j'arrête l'escrime... mais si tu me quittes"...)

 

 

     Je vous laisse trouver les versions suivantes dans les commentaires. Je ne dois pas être la seule à en avoir plein la musette, des versions originales - ou pas - de ruptures. Désormais, je me protège pour ne pas avoir à en vivre une autre à nouveau.

     Le principe : blinder la carapace pour éviter la torture ninja.

                (Comme je ne suis pas la seule à me blinder, aucun risque)

 

                       Et vive la vie, quand même, quoi !

 

 

Posté par CreaPascale à 15:10 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,