Voyage à divorce land

04 septembre 2017

Pourvu que la marée ne soit pas pressée...

 

 

Oui, pourvu...

 

Pourvu que le château de ma nouvelle vie - que je peine à construire - résiste à la prochaine marée...

 

chateausable

 

                     Je vous souhaite une belle rentrée et je vous dis à bientôt...

 

 

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2017

L'extraordinaire lâcheté ordinaire.

 

 

C'est si doux, un homme.

Si fort. Si fiable. Si compréhensif.

 

Et si lâche...

 

Pour éviter les conflits, un homme préfère souvent ne pas entrer dans l'arène du combat.

Mais le taureau est là, prêt à mourir. Il s'appelle Amour.

Parce qu'à toujours voir se taire l'homme, la femme accumule déception, colère, ressentiment.

Amour va souffrir, les banderilles plantées dans le corps et l'âme, irréversiblement.

Amour va rester à terre un jour.

El torero aura gagné, comme à chaque fois.

 

 

 

Fei

 

 

 

Et l'homme aura tout perdu.

Pas la femme, non.

Elle aura gagné sa liberté.

Gagné le droit d'envoyer valser les blessures.

Et gagné un abonnement au rayon kleenex de l'hyper du coin.

 

J'ai toujours été optimiste, en amour.

J'ai eu si souvent envie de dire DEGAGE. 

 

Oui, je sais, c'est nul.

Mais comme ici c'est moi qui écris, j'ai même le droit de le mettre en majuscule !

 

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 septembre 2017

Les arbres aussi ont des sentiments.

 

Certains diraient que notre anthropocentrisme galopant nous fait attribuer des sentiments aux arbres, mais... Et si l'on prenait la peine de les écouter ?

 

 Arbre

 

Les arbres naissent.

Petit miracle que la naissance et la croissance d'un chêne, frêle rescapé parmi l'hécatombe de glands dévorés et piétinés.

Les arbres grandissent et deviennent majestueux ou chétifs, feuillus ou déplumés, cabossés ou élégants.

Ils sont pliés, cassés, malmenés par les vents et les tempêtes.

Leur écorce est gravée par les amoureux transis. Ils sont photographiés par les amoureux de la Nature. Ils sont peints, dessinés, sculptés par les artistes. Ils sont coupés, taillés, transformés par les bûcherons...

Les arbres meurent.

 

Ils peuvent être amoureux ou fâchés. Leurs branches vont s'emmêler ou se séparer. Ils peuvent aussi se réconcilier sur un tapis de mousse et de feuilles mortes... Dans un flou artistique...

 

BranchesAmoureuses 

 

Ces branches amoureuses feront leur dernier voyage ensemble, vers une cheminée, l'hiver prochain... parce que les histoires d'amour finissent mal, en général, chez les arbres.

 

Posté par CreaPascale à 08:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
19 août 2017

Et si on partait... ?

 Vous êtes revenus de vacances ? La tête dans le guidon à nouveau ?

Allez, je vous emmène en balade... Sac à dos, bouteille d'eau, baskets aux pieds...

 

Vers un de mes petits bonheurs : photographier les plaques de rue ou de lieux-dits insolites.

 

Moi, j'aime aller là :

B

 

J'adore aussi me perdre par ici :

C

 

Par là-bas, je n'y vais pas trop :

A

 

Par moment, je m'attarde aussi ici :

Vassivière 055

 

Et j'ai aussi découvert cette destination étonnante, en rase campagne !

Jerusalem

 

Je me suis trop souvent enfoncée là :

1

 

Il m'arrive d'hésiter à certains croisements :

Mort

 

 

Mais bon, je sais que quoi qu'il arrive, ma destination finale, c'est là...

Rue

 

Bonne balade...

 

Posté par CreaPascale à 09:43 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2017

Conte à rebours...

Un article pour répondre à M. qui m'a contactée en privé pour me parler de la solitude qu'on peut ressentir dans une relation amoureuse... Oui, on peut se sentir seul à deux... c'est paradoxal mais c'est vrai.

Je vais vous raconter une petite histoire, joyeuse comme je les aime...

 

Non pas compte à rebours, mais conte à rebours...

 

Conte

 

Il était une fois une jeune femme qui était née aveugle. Elle-même ne s'aimait pas beaucoup, elle se pensait laide et inutile en raison de sa cécité. Elle haïssait tout le monde, sauf un seul être. Un être bon et doux, tellement amoureux. Il faisait tout pour elle. Le plus beau, c'est qu'il était devenu ses yeux absents. Il lui décrivait le monde. Pour elle, il inventait des couleurs, des reflets et des lumières. La beauté de la vie, c'est par ses yeux à lui qu'elle la vivait...

Mais elle demeurait triste et sombre. Elle aurait tant voulu voir le monde. Elle en exprima le souhait par cette phrase : "si je pouvais voir la beauté du monde, je serais la plus heureuse des femmes sur terre et je t'épouserais !"

Elle répétait cette phrase chaque jour, comme une litanie, comme un refrain entêtant.

Un jour, elle se retrouva à l'hôpital, pour une greffe des yeux. Un don inespéré. Elle resta des mois sous d'épais bandages. Elle pensait que son cœur allait éclater de joie lorsqu'enfin on les lui retirerait...

Elle put enfin voir tout ce qui l'entourait, les arbres, le soleil, les fleurs, le chat qui dormait... et surtout son bien-aimé. Le jeune homme lui dit alors : "Maintenant que tu peux voir la beauté du monde, veux-tu devenir ma femme ?"

La jeune femme vit alors que le jeune homme était aveugle. Ses yeux sans vie la choquèrent, elle le trouva horrible et se dit que jamais elle ne pourrait passer sa vie à regarder cet homme affreux. Elle articula péniblement "Oh mon dieu, non !"

Le jeune homme sentit son cœur exploser en mille éclats de verre. Tranchants comme des lames.  Il partit très vite, pour ne pas laisser couler ses larmes. Un aveugle, ça pleure aussi.

La jeune femme commença sa nouvelle vie de voyante, s'émerveillant de tout et remerciant le ciel de lui avoir accordé la vue.

Elle reçut, des mois plus tard, une lettre de son ancien amoureux. Une lettre si courte qu'elle tenait en une phrase : "Prends bien soin de tes yeux, ma belle, parce qu'avant de devenir les tiens, c'était mes yeux..."

 

Noir

 

Posté par CreaPascale à 13:19 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 août 2017

Bilan de blog : joyeux anniversaire !

 

Petit bilan de blog, au bout de 12 mois, environ 12 000 visiteurs, 200 messages publiés, 3200 commentaires et plus de 30 000 pages vues...

 

Vous le savez, j'ai ouvert ce blog comme un exutoire pour me libérer de tout ce qui encombrait mon esprit. Un espace de liberté. Un journal intime. Une tribune, parfois.

 

Bois Saint Pierre (2)

 

Mes visiteurs ont débarqué parfois avec de drôles de recherches sur le net, telles que "sexe femme soumise" (!), "historique érotique je baise le plombier" (?!), "fantasme + femme" ou "cadeau belle-mère"... je m'en amuse beaucoup, il doivent être parfois cruellement déçus...

J'aime bien voir les petits drapeaux, qui sont les témoins de l'universalité des thèmes que j'aborde ici. L'amour, le divorce, le féminisme, l'anorexie, les fantasmes, le végétarisme, etc...

 

Merci à celles et ceux qui commentent et qui me font confiance en s'abonnant à mon blog. C'est agréable pour moi de me dire que je n'écris pas pour des prunes...

J'ai souvent eu des échanges enrichissants via les commentaires, même avec des gens qui ne pensaient pas du tout comme moi. Et c'est une bonne chose, de réfléchir à d'autres modes de fonctionnement, d'autres pensées que les siennes. J'ai aussi souvent eu des retours en privé et ceux-ci sont parfois surprenants. Je vais essayer de répondre aux derniers...

 

Je suis peu présente sur le net cet été parce que la vie m'oblige à me concentrer sur d'autres choses, notamment une nouvelle vie à réinventer... Mais je reviens bientôt. Je pense avoir encore des choses à exprimer...

Je n'oublie pas mes blogs préférés et je tâcherai de trouver un peu de temps pour vous faire un petit coucou... à bientôt !

 

 

 Les p'tites statistiques de canalblog :

De quels pays se connectent vos visiteurs pour accéder à ce blog ? Note : Ces données sont limitées aux 100 derniers accès de ce blog.
 PaysVisiteurs% 
France France 85 85  
  N/A 4 4  
États-unis États-unis 3 3  
Belgique Belgique 3 3  
Canada Canada 2 2  
Suisse Suisse 1 1  
Russie, fédération de Russie, fédération de 1 1  
Viet nam Viet nam 1 1

 

De quels pays se connectent vos visiteurs pour accéder à ce blog ? Note : Ces données sont limitées aux 100 derniers accès de ce blog.
 PaysVisiteurs% 
France France 71 71  
États-unis États-unis 13 13  
Pays-bas Pays-bas 4 4  
  N/A 4 4  
Algérie Algérie 3 3  
Belgique Belgique 2 2  
Maroc Maroc 1 1  
Espagne Espagne 1 1  
Suisse Suisse 1 1  

 

 

De quels pays se connectent vos visiteurs pour accéder à ce blog ? Note : Ces données sont limitées aux 100 derniers accès de ce blog.
 PaysVisiteurs% 
France France 78 78  
  N/A 7 7  
Japon Japon 5 5  
Suisse Suisse 3 3  
États-unis États-unis 2 2  
Belgique Belgique 2 2  
Canada Canada 1 1  
Danemark Danemark 1 1  
Espagne Espagne 1 1  

 

De quels pays se connectent vos visiteurs pour accéder à ce blog ? Note : Ces données sont limitées aux 100 derniers accès de ce blog.
 PaysVisiteurs% 
France France 76 76  
Belgique Belgique 7 7  
  N/A 7 7  
États-unis États-unis 4 4  
Canada Canada 3 3  
N/A 1 1  
Roumanie Roumanie 1 1  
Nouvelle-zélande Nouvelle-zélande 1 1

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2017

Un arbre facétieux

 

 "Quoi que te réserve le présent, accepte-le comme si tu l'avais choisi. Va toujours dans le même sens que lui et non à contresens. Fais-en un ami et un allié. Cela transformera toute ta vie."

                                                                                                               (E. Tolle)

 

Arbre facétieux

 

Cet arbre avait recueilli en son sein un elfe malicieux.

Vous le voyez, avec ses petites cornes et son nez pointu ?

Regardez-le bien...

Espérons qu'il ne fasse pas trop de bêtises et qu'il ne me guide pas vers des chemins périlleux.

 

 Oui, je sais, c'est court, aujourd'hui.

 

L'été est là, les vacances arrivent, les enfants vont être souvent partis avec leur père (un mois sur deux en tout).

Je vais pas mal bouger aussi, pendant deux mois. J'ai de belles balades à faire, de chouettes soirées à partager, de belles rencontres prévues...

J'ai aussi des cartons à faire pour un déménagement début septembre... ça va être chaud, chez nous, la rentrée...

J'ai une nouvelle vie à réinventer, un nouveau chapitre de ma vie à écrire...

 

Mais promis, vous aurez de la lecture encore de temps en temps dans l'été...

Si vous ne voulez pas venir pour rien, vous pouvez vous abonner à la "newsletter" (de façon anonyme si vous le souhaitez), vous recevrez un mail les jours où j'aurai quelque chose à vous dire... et même les jours où je parlerai pour ne rien dire...

 

Bonne journée, bon week-end, bel été, bonnes vacances...

Prenez soin de vous, on n'a - presque - qu'une vie !

 

Posté par CreaPascale à 06:18 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 juillet 2017

Lettre à Laurent.

 

Salut Laurent,

 

Comment vas-tu ?

Oui, ça fait longtemps...

Quand on s'est connu, j'avais 17 ans. Toi, tu en avais 21. Jeunes, beaux et cons à la fois.

On se croisait dans les mêmes soirées, chez les mêmes amis.

Tu étais fort pour les séduire, toi, les filles. Elles tombaient en pâmoison devant toi, les ravissantes. Tu les choisissais belles, décolletées et plutôt idiotes.

Moi, je n'étais pas en reste. Ils se laissaient aisément prendre dans mes filets. Je les choisissais beaux, virils et pas très malins.

Tu disais : Celui-là, il n'est pas assez bien pour toi, il fait brute épaisse, non ? Tu étais un peu jaloux.

Je disais : Sa conversation la plus intéressante, c'est quand elle se tait. Elle n'est même pas belle, tout juste assez jolie pour un soir. Les barbies, c'était ton truc. Je n'étais pas jalouse, je te taquinais, tu sais ?

Souvent, nous finissions la soirée à refaire le monde. On avait les mêmes rêves, une p'tite bicoque au bord d'un lac. L'alcool et les fumées illicites nous enveloppaient comme une couette, douce et légère. On s'égarait, tes mains frôlaient les miennes, plus ou moins discrètement. Tu ramenais la Barbie, ou pas... Mon Ken me ramenait, ou pas...

Quand c'était Ou pas, on finissait tous les deux. N'importe où. Dans l'herbe, sous les étoiles, sur un canapé qui grince, dans une voiture... On s'enivrait l'un de l'autre. Toi et moi, on était toujours d'accord, pour l'amour. Enfin, pour le sexe, surtout.

Tu avais de temps en temps une Barbie qui s'accrochait à tes baskets... Je la faisais fuir. Elle était curieusement jalouse quand je t'embrassais langoureusement en soirée... et que tu ne disais pas non. Tu ne m'as jamais dit non.

J'ai eu aussi un Ken plus tenace que les autres, aussi, parfois. Un qui veut rester. Tu le faisais fuir en lui disant que j'étais la meilleure que tu aies connue au lit. Bizarrement, ça plaisait pas trop.

Quel jeu de cons, quand on y pense. On se lançait des défis : "Je te parie que je mets moins d'une heure pour l'emmener dans mon lit, celle-là... Vas-y, chiche !"

 

V

 

Trop fière pour te le dire : Reste. Reste encore un peu...

Trop fier pour me le dire : Viens dans mes bras. Les miens, seulement...

 

On a appris le mot "sexfriend" grâce à ton pote Fabien. On a bien déliré, là-dessus. On était des "amis de sexe", je disais. Des "potes du cul", tu disais. Ou un peu plus...

On a vieilli.

Tu t'es marié, t'as trois gosses et une femme qui a pris 10 kilos à chaque grossesse. Je t'ai maudit et j'ai boycotté ton mariage. Tu étais déçu. Tu ne comprenais pas. Ou si, tu comprenais trop bien. Tu as déménagé trois mois après. Je ne t'ai pas revu avant ton départ. C'que j'ai pu pleurer. Tu n'en as jamais rien su.

Je me suis mariée avec un Ken stupide et viril. Même pas peur. Le soir, c'est à toi que je pensais quand il me sautait dessus en cinq minutes et s'endormait avant même que je commence à éprouver le moindre frisson. Je l'ai quitté 6 mois après.

J'ai appris que tu es revenu dans la ville de notre jeunesse. Moi, je ne l'ai pas quittée. Je ne suis pas encore trop vieille, j'ai pris quelques rides mais je n'ai pas pris un gramme. Toi non plus, m'a dit Fabien. Encore beaux, moins jeunes et peut-être un peu moins cons.

 

On se prend un café, un de ces jours, au bar, chez Gégé ? On pourra parler, se raconter nos vies, nos gosses, nos nuits, en rire un peu. Comme avant... Ou pas.

 

 

Je précise que dans mes "lettres", il y a une part plus ou moins importante - voire exclusive - d'irréalité... qui peut partir de la vraie vie... ou pas.

 

 

Posté par CreaPascale à 06:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 juillet 2017

Une "circonstance aggravante"

 

La plupart des français pensent que ce n'est pas normal que l'homme torture des animaux. La corrida, la chasse, la pêche à la baleine ou le massacre des dauphins des îles Féroe nous révoltent. Des pétitions circulent...

Mais la plupart de ces gens qui s'indignent et signent ces pétitions remettent leurs oeillères à table et ne se rendent pas compte que ce n'est pas forcément normal non plus de tuer 60 milliards d'animaux terrestres et 1000 milliards d'animaux marins chaque année pour notre plaisir gustatif.

Ce n'est pas seulement notre faute et j'ai fait partie de ceux-là...

On nous rend indifférents, passifs, vaguement complices. Pour Elisabeth de Fontenay dans "Sans offenser le genre humain", le fait de ne pas savoir ce que les autres font pour nous, en l'occurence les opérateurs d'abattoirs, n'est pas une excuse, mais une "circonstance aggravante" pour les humains qui sont censés être doués de conscience. Mais aussi, de responsabilité et d'imagination.

 

agneauPascal

 

La formule "on ne sait pas ce qui se passe dans un abattoir" devient de plus en plus mensongère : on sait mais on ne veut pas l'entendre.

Les industriels font tout pour dissimuler leurs activités. Il est bien plus facile de nos jours de filmer une centrale nucléaire qu'un abattoir, pour lequel il faut opérer en caméra cachée. Les industriels savent bien que la consommation de morceaux d'animaux baisserait énormément si les consommateurs voyaient ce que l'on fait subir à leurs futurs bouts de viande sous cellophane.

Les usines de production carnée sont gardées comme des camps militaires de Haute Sécurité. Les abattoirs ne font "portes ouvertes" que dans les vidéos d'associations comme L214.

Paul McCartney a affirmé il y a longtemps que "si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien." Enfin, pas tous, on n'est pas chez les télétubbies, non plus...

 

30 juin 2017

Lettre à mes os.

 

 

Je vous écris, aujourd'hui, à vous, mes os.

Saillants. Apparents. Des poignets de 14  cm de large. Des chevilles de 18,5 cm de large. Mètre-ruban trop grand. Oui, j'ai une conception des "mensurations" assez spéciales. Facile de tomber sur un os, avec moi.

 

mètre

 

 

Vous, mes os. Omniprésents. Comme une planche d'anatomie. Lors de certaines périodes de ma vie, on pouvait lire mon squelette au premier coup d'œil. Maintenant, au deuxième, seulement... enfin surtout l'hiver, sous des pulls pelucheux...

Longtemps, j'ai pensé que je ne ferais pas de vieux os. Je n'avais que l'étoffe des vêtements sur vous, mes os. Loin des héros.

Mais en dessous, il y avait un être vivant... enfin, à peine, parfois... le poids de la plume, le poids de l'amertume...

Quand on touche le fond, une seule solution, remonter ou se laisser couler... Mais c'est pas encore demain qu'on donnera mes restes aux chiens !

 

En tout cas, mes os, bravo ! Vous ne m'avez jamais lâchée. Vous n'avez jamais été brisés. Jamais cassés. Jamais ne s'échappa la substantifique moelle. Avec vous, je ne l'ai jamais eu dans l'os !

J'ai souvent été trempée jusqu'à vous, mes os... Danser sous la pluie en riant, même pas peur de fondre...

 

"Les parents sont des os sur lesquels les enfants font leurs dents" d'après Peter Ustinov... J'espère qu'ils m'en laisseront un peu lorsqu'ils quitteront le nid, les miens.

J'ai bien rogné ceux de mes parents, à une certaine époque, et je n'en finis pas de leur dire merci d'avoir toujours été là pour moi, ou presque.

 

C'est bien moi, Pascale, en chair et en os (rayez la mention inutile), qui vous souhaite une belle journée, où il n'y aura pas d'os !

 

Posté par CreaPascale à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,