Porche

 

J'ai lancé des ateliers d'écriture à l'EHPAD, ce qui n'avait jamais eu lieu.

Un groupe de 7 résidents maximum dans un petit salon fermé, un grand tableau blanc, quelques neurones qui fonctionnent encore à merveille (ou pas), une animatrice souriante et novatrice (si, si) et beaucoup de bonne humeur !

Un de ces résidents oublie à chaque fois ce que nous avons fait la dernière fois : "Mais vous êtes sûre que j'étais là ?" Il a oublié...

Nous avons ainsi inventé à plusieurs des acrostiches, des poèmes "boule de neige", des écritures abécédaires, des poèmes en prose... et nous avons inventé des moments de convivialité et d'échange.

 

La forêt 

 

La nuit, dans la forêt, sous les chênes,

Les cerfs brament

Sous les ramures, dans la mousse,

Les champignons s'éclatent

Le long des sentiers, sous les feuilles,

Le muguet embaume

Les loups, dans les fourrés,

Dressent leurs oreilles au pied des sapins

Les lapins courent devant les cavaliers

Dans les sentiers bordés de houx

Aux boules rouges

À l'orée de la forêt profonde,

Au détour d'une clairière,

Les buissons s'animent

Sous l'ombre magique des arbres,

On imagine des fées

Surgissant des broussailles.

 (Poème écrit par 7 résidents)

 

Je recueille aussi les poèmes d'une résidente en obésité morbide qui ne sort jamais de sa chambre (elle mange, dort, vit, rêve et écrit dans ce tout petit espace...), elle partage par mon intermédiaire ses textes avec le petit groupe de poètes et eux la découvrent par sa plume de talent.

Je me bagarre à présent pour obtenir l'autorisation de convier la presse à l'inauguration de mon exposition...

 

Mme D. me dit : "bonjour, mais c'est qui ?" 10 fois par jour. Elle a oublié...

 

Mme G. et Mme B. ont chaque jour la même conversation, comme si elles se rencontraient pour la première fois :

"- Je ne suis pas d'ici, je suis de Nancy.

- Oh, moi ausi, mais alors on est voisines !

- Oh c'est drôle !"

Elles ont oublié...

 

Parfois, je les envie. Oublier, cela doit être confortable, parfois...